Lundi 19 mars 2012

En ce jour de la Saint Joseph, l’ASCOP doit avoir une séance de marche nordique.

Le groupe se retrouve donc à Meylan où doit avoir lieu le chronométrage pour ceux qui ont échappé au test la dernière fois.

Mais vlan ! la pluie arrive ! Elle fait de superbes bulles dans la flaque laissée par la pluie du dimanche, elle fait un rideau devant la montagne et semble vouloir continuer à arroser le bassin grenoblois.

Le radar des pluies consulté semble indiqué que les nuages de pluie sont bien installés . Voila même un peu de grésil !

Le ciel offre les giboulées de mars, c’est bien la saison, non ?

Après hésitation, la séance est annulée, les Ascopiens n’ont pas envie de marcher sous la pluie.

Rendez-vous même endroit et même heure lundi prochain.

Vendredi 16 mars 2012

La chaleur plus que printanière a poussé de nombreux Ascopiens à sortir et c’est un bon groupe qui, parti à 10h de Fontaine,  prend le sentier partant du parking du Désert Jean Jacques Rousseau, toujours fermé.

Le champ en face du parking est en cours d’aménagement, les engins s’affairent et les travaux avancent..

La communauté d’agglomération Grenoble-Alpes Métropole aménage un parking et une aire de pique-nique. Ces aménagements seront très appréciés, n’en doutons pas.

Le cheminement passe par le pré Faure, la Ferme Froussard, le Tir aux pigeons, offrant aux marcheurs des montées suivies de descentes, suivies de montées,….L’effort réchauffe et donne des couleurs,il vaut mieux quitter les vestes !

Et voici la dernière montée, elle est rude et elle est longue, les jambes sont déjà bien fatiguées mais l’effort sera récompensé car, arrivé « à la cime » comme disent les Dauphinois, c’est le pique-nique qui est prévu.

Chacun s’installe, plus à l’ombre ou plus au soleil, plus sur le plat ou plus sur un peu de pente. Ma foi ! il y a le choix ! ils auraient tort de ne pas en profiter !

Sans oublier le panorama grandiose que les Ascopiens retrouvent à chaque sortie avec bonheur : La Chartreuse, Belledonne, l’Oisans et tout en bas, dans le nuage de pollution, Grenoble et son agglomération. La Tour sans Venin, toute petite vue de là, se profile devant les majestueuses Trois Pucelles, et s’offre au regard en suivant un peu le sentier qui se faufile entre les arbustes, Mais attention de rester sur le sentier ! les falaises ne sont pas loin !

Quand chacun a mangé, but le café et le pousse café, un groupe s’installe pour une pause au soleil, les autres vont dans les bois à la recherche des jonquilles aperçues lors de la montée. Elles sont aujourd’hui bien fleuries et voici les cueilleurs qui reviennent avec des bouquets resplendissants.

Toutes les bonnes choses ont une fin et il faut bien prendre le chemin du retour après cette sympathique journée.

 

Mardi 13 mars 2012

La rando du jour se passe à Charvet, hameau de la commune de Saint Nizier du Moucherotte et le départ se fait au niveau de la Nécropole de la Résistance.

A ce sujet, quelques informations sont disponibles sur Les Echos des Randos, sur ce site.

Le groupe suit la route qui monte doucement pour aller sur le plateau.
Certains partent d’un bon pas et prennent de l’avance, d’autres marchent plus lentement car la montée leur est pénible.
Ainsi la file s’étire sur une bonne distance, les premiers font des arrêts pour attendre les autres.

Comme toujours, les langues vont bon train mais le patron du département de psychiatrie de Stanford a affirmé « que de passer du temps avec ses ami(e)s est tout aussi important pour notre état général que de faire du jogging ou de faire de la gym. »
Mais dans le cadre de la rando, cela ne doit pas nuire au souffle nécessaire à la marche !!!

Un banc attend les marcheurs en haut de cette  montée et leur permet d’admirer le magnifique panorama qui s’offre à leur vue : la plaine où se serrent les habitations, le Drac qui rejoint l’Isère en amont du Synchrotron, la chaine de Belledonne avec la neige qui couronne les sommets, la Chartreuse , l’Oisans au fond.
Quel régal pour les yeux !

Sur le plateau, il reste de la neige par endroit, la végétation n’a donc pas vraiment démarré. Il faut attendre un peu pour avoir des fleurs à cette altitude d’environ 900 mètres.

Les Ascopiens arrivent au bout de la route goudronnée et la marche s’arrêtera là, car , d’une part le sentier qui part pour faire le tour du plateau doit avoir encore des passages enneigés, d’autre part, un certain nombre de marcheurs trouve qu’il y en a assez pour cette fois.

C’est donc un moment de pause au soleil, avec quelques ramasseuses de pissenlits même s’il faut bien chercher.

Chacun fait le retour à son rythme, selon ses possibilités et les voici tous arrivés aux voiture,pour un retour dans la pollution de la ville.

Vous trouverez  l’histoire de cette sortie racontée par Joëlle à l’adresse:

https://sites.google.com/site/sitedelascop/home/2012

Lire plus