Mardi 3 avril 2012

Le temps est incertain mais la météo annonce la pluie seulement pour la fin d’après midi.
Haut les cœurs !
Certains ont renoncé mais des Ascopiens plus intrépides ont décidé de prendre le risque.

Le départ se fait au début du chemin du Génie, commune de Seyssinet – Pariset.
La marche se poursuit sur ce chemin jusqu’au Pré Faure, le groupe passant ainsi sur la commune de Fontaine.
C’est d’un pas décidé que les marcheurs font le tour de ce pré, tour représentant une grande boucle, avec quelques montées car il faut bien faire un peu d’efforts.

De temps en temps, une exclamation fuse  » j’ai senti des gouttes ! » mais à aucun moment il n’a plu, ce qui est tant mieux.

Un peu de cueillette au passage : l’ail des ours, le tamier et la salsepareille que des Ascopiennes appellent indifféremment asperges, pour la cuisine,  des coucous, des primevères et des pulmonaires qui serviront pour les tisanes de l’hiver prochain une fois séchées.
Soyons prévoyants !

Finalement, la boucle est bouclée et c’est le retour aux voitures, chacun disant :   » nous avons bien fait de venir ! »

Lundi 2 avril 2012

Lundi c’est marche nordique. Cette première sortie d’avril emmène le groupe des Ascopiens au Murier, en dessus de Gières, la colline du Murier dont l’éthymologie ne vient pas de l’arbre utilisé pour l’élevage de vers à soie mais de Morier devenu Murier hérité du Morium qui signifie en latin promontoire, élévation, colline.

Après les échauffements dans un carré de verdure et sous un magnifique arbre, les Ascopiens prennent la petite route qui descend gentiment. Mais  il faudra remonter à la fin !
La route amorce la montée, passe devant quelques maisons puis les Ascopiens quittent le goudron pour un sentier qui grimpe parfois assez fort.
Il passe au milieu des arbres dont les branches commencent à se couvrir du vert tendre des feuilles naissantes, il longe quelques prés où des arbres de blanc vêtus régalent les yeux. Mais toujours il monte ! ce qui n’empêche pas les bavardages.

Une petite pause plus loin, la coach demande le silence pour écouter les oiseaux, mais le silence ne dure pas longtemps.
Quand les arbres laissent un peu d’espace, ils ouvrent sur une belle perspective: le bassin Grenoblois, Le Vercors, la Chartreuse.
L’heure avance mais les Ascopiens poussent jusqu’aux balcons de Romage d’où la perspective est complètement différente.
« A l’entrée de Romage, une table de lecture du paysage est installée. Elle vous permet d’identifier les différents reliefs, et les paysages façonnés par l’agriculture : le plateau de Champagnier, les collines de Bresson.
La différence entre l’urbanisation et l’espace rural est frappante.
Le hameau de Romage rattaché administrativement à la commune de Poisat se présente à vos yeux. » ( SIPAVAG. Balade de Gières à Romage.)

La montée a été rude mais les bâtons ont permis aux marcheurs de se propulser et d’avancer plus vite sans pour autant perdre le souffle. La marche nordique, adaptée aux insuffisants respiratoires, est vraiment très bénéfique !

Après avoir pris le temps de récupération, c’est le retour, tranquillement, et la petite côte de la fin n’est pas si difficile que ça.
Étirements au même endroit que les échauffements de début de séance et retour vers le point de départ,  Meylan.

Vendredi 30 mars 2012

Le temps est toujours printanier, les Ascopiens vont en profiter.

Pour cette dernière sortie de mars, le Président est absent. Il a été décidé de partir du terminus du tram à La Poya ( Fontaine ) et de prendre son courage à deux mains pour démarrer la randonnée par le Coup du Sabre.

Le Coup de Sabre, Site conseillé pour les grimpeurs amateurs . Mais les Ascopiens ne font que passer au pied des voies où deux grimpeuses se sont élancées.

Le passage entre les deux falaises n’est jamais facile mais les marcheurs sont toujours contents de l’avoir fait. C’est un peu un test.

Après un assez long tracé un peu ardu, les Ascopiens prennent le chemin le moins difficile pour arriver à la ferme des Visons. Ce chemin a été fait après que la sécheresse ait créé un risque d’ incendie dans les Bois des Vouillands, incendie difficile à maitriser car les camions ne pouvaient pas beaucoup s’approcher.
Les marcheurs en profitent plus souvent que les pompiers, heureusement !

A la ferme des Visons, c’est la pause déjeuner, au pied des murs pour se protéger du vent du Nord qui s’est renforcé et apporte un peu trop de fraicheur. Par contre, au soleil, sans vent, il fait une température idéale !

Après le pique nique, certaines vont ramasser pissenlits, ail des ours, primevères( pour la tisane),orties ( pour la soupe)…, pendant que d’autres papotent ou font une petite sieste.

Mais il faut bien mettre un terme à ce moment de « farniente » et reprendre les sacs à dos pour entamer le retour.

Les parties abruptes se font avec prudence et, arrivé au goudron , un Ascopien découvre une farce que lui ont fait les amis : il cherche en vain le sachet de pissenlits qu’il a ramassé soigneusement en nettoyant tout au fur et à mesure.     » Tu les as laissé là-haut ! tu aurais mieux fait de nous les donner ! …..Ils sont perdus maintenant !….« 
La comédie dure un peu, il ne sait pas trop quoi penser.

Pas d’inquiétude ! Il pourra manger sa salade en rentrant ! Il a récupéré sa cueillette !
Et il a bien pris la farce. Il a même annoncé qu’il n’avait pas parlé pendant…1/4 d’heure…en cumulé. Il parait que certains absents seront épatés !!!!

Lire plus